Les sons découpés, nettoyés et classés dans Reaper

Production : audio

Publié par Adrien Garcia

Journal du projet
Arts numériques Arts visuels Design Design sonore et composition

Comme pour les visuels, tous les éléments sonores que j’ai utilisés pour la réalisation de la trame sonore interactive de l’installation numérique développée dans le cadre de cette résidence proviennent de l’école de Jettingen : enregistrements de bruits réalisés par les élèves à l’aide de leur bouche, de leur corps et d’objets et enregistrement de petits instruments trouvés dans l’école.

Étapes et outils

Lors de la 1ere semaine d’ateliers, j’ai enregistré les élèves avec un enregistreur portatif Zoom H4n couplé avec un microphone Sennheiser MKH-416. J’ai ensuite importé tous ces enregistrements dans le logiciel Reaper. Il s’agit d’une station audionumérique très complète, mais pour ce projet je n’en ai utilisé que les fonctions d’édition. J’ai donc découpé les différentes pistes en une multitude de petits éléments sonores, supprimé les sons inutiles et enlevé les bruits et fréquences parasites. J’ai ensuite classé ces différents éléments sonores  selon différentes catégories : bruits de bouches, mélodies vocales, bruits d’objets, instruments, etc. J’ai ensuite créé différents instruments virtuels Kontakt à partir de ces différentes catégories de sons. Kontakt est un sampler (échantillonneur) : on y intègre un ou plusieurs échantillons sonores afin de constituer un instrument virtuel que l’on peut jouer avec un contrôleur midi, directement à partir du clavier d’ordinateur en intégrant Kontakt  dans le séquenceur Ableton Live,  ou en écrivant directement une mélodie à la souris dans Live. Une des possibilités de Kontakt que j’apprécie beaucoup et que j’ai énormément utilisé pour composer les mélodies pour ce projet est le fait qu’il intègre un arpégiateur avec de nombreux paramètres et fonctionnalités personnalisables.   Ensuite, j’ai composé petites saynètes musicales dans Ableton Live, un séquenceur musical que j’aime particulièrement du fait de son ergonomie qui rend la composition et le prototypage d’idées musicale extrêmement rapide et facile.   J’y ai également testé différentes idées concernant certaines modalités d’interaction en programmant des modules Max4Live (modules algorithmiques réalisés grâce à l’environnement de programmation Max/MSP et intégré dans Live).   Pour désigner les petits éléments sonores interactifs, j’ai également utilisé Reaper, Kontakt et Live.   Au final, parmi toutes les petites compositions que j’ai écrites, je n’ai gardé que celles composées à partir de sons d’une Kalimba (métallophone) que j’ai trouvée dans l’école (j’avais également enregistré un cordophone construit par d’anciens élèves de l’école, un petit glockenspiel et un xylophone). J’avais également composé différentes ambiances musicales réalisées à partir de matière sonore crée en utilisant le logiciel Paul’s Extreme Sound Stretch que je n’ai finalement pas intégrée dans l’œuvre par souci de cohérence avec l’esthétique visuelle et les modalités d’interaction envisagées.

Étapes et outils
Composition dans Live avec Kontakt
Étapes et outils
Mixage des compositions musicales dans Reaper

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé. +