Baptiste, alias Jean Hubert

la horde des oiseaux

Publié par Eugénie Bernachon

Journal du projet

pendant mon absence d'une semaine et demie j'avais envoyé au maître la scène de choeur écrite pour que les enfants l'apprennent avant mon retour. qu'on puisse entamer le travail de texte directement, qu'ils soient tout à fait à l'aise dedans pour la présentation de fin de semaine. de mon côté, j'avais fini de monter le film et j'avais hâte de leur montrer. 

le travail de texte a été relativement facile, à notre grande surprise. on a commencé par faire ce qu'on appelle des italiennes avec eux, et on avait peur que ce soit un peu catastrophique : dans un choeur, si ça n'enchaîne pas, si il y a un seul élément à l'énergie plus basse, tout tombe et on perd le fil. on savait à force de les fréquenter que certains parlaient très bas, d'autres beaucoup plus fort, que certains étaient plus sûrs d'eux que d'autres. on avait envie de leur faire comprendre que, plus que de dire leurs phrases les uns après les autres, il s'agissait d'une transmission d'énergie, comme si on se passait une balle et que le but était de ne jamais la faire tomber. ça a pris je crois trois tours d'italiennes. on les encourageait à chaque réplique avec énormément d'énergie pour leur faire comprendre qu'ils ne pouvaient pas descendre plus bas, on donnait l'impression d'être à un match de foot avec Lucas. et bien vite, c'est venu : une vraie belle énergie. on était impressionnés et soulagés. ensuite on leur a raconté l'ordre de la présentation, comment ça se passerait. qu'une partie d'entre eux se cacherait dans la salle vidéo où les parents regardaient le film, puis sortirait à la fin et accompagnerait les adultes comme s'ils étaient conviés à une cérémonie d'introduction dans la bande des oiseaux. tout ce petit monde se retrouverait dans la cour, où le reste de la classe serait déjà en train de faire les étourneaux. je criais leurs noms pour qu'ils s'arrêtent petit à petit et se mettent par paire, un des membres de la paire fermait les yeux et se laissait guider par l'autre jusqu'à ce que tous les guides aident leurs guidés à former un cercle, tous ensembles, au milieu duquel ils enfermaient le public. là, commençait la scène de choeur. on a fait plusieurs allemandes du spectacle, plus ça avançait plus ils étaient concentrés, conscients des enjeux. pourtant on partait de loin, pour être parfaitement honnête !

il a fait beau toute la journée de la présentation, qui était prévue à 17h. à 16h45, il s'est mis à pleuvoir des cordes. pas très rassurés au début, on les a motivés et ils ont géré la situation comme des chefs, comme des pros...c'était beau à voir, on était fiers. je crois que tous les parents étaient contents, et eux surtout, et c'était le pus important. je leur souhaite pleins de chouettes choses intéressantes à vivre au collège, et je les remercie de m'avoir donné une vraie expérience sur la durée de ce que peut être l'enfance actuelle.

je vous laisse en point final le lien youtube du film de fin d'atelier. c'était Eugénie Bernachon, auteure et metteuse en scène du spectacle Timeo.

 

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé. +