résultats des discussions des enfants

tu veux quoi dans ta micro société ?

Publié par Eugénie Bernachon

Journal du projet

Quand on a commencé, qu'ils ont commencé à se mettre tous ensemble, à avoir conscience de l'équilibre d'un espace et de comment tour à tour ils peuvent prendre le lead de tout le groupe, on se dit qu'il est temps de s'asseoir avec eux et de discuter.
Cette bande d'enfants n'a pas d'existence propre. On se dit, et c'était toute l'idée d'aller à la rencontre des enfants, qu'on aimerait savoir ce qu'ils imagineraient eux pour leur bande. Evidemment on a des idées et surtout tous les préjugés et la morale qu'on a acquis au fil de notre éducation et de notre vie mais on ne veut surtout pas les influencer.

Donc on va en classe pour la première fois, et ce changement de décor amène un changement corporel hyper intéressant des enfants. Ils ont leurs places, leurs voisins, leurs habitudes....Alors on décide de déplacer les chaises les places les voisins et on leur demande qu'est-ce que vous voulez et qu'est ce que vous ne voulez absolument pas dans votre bande, votre micro société ?

On est surpris d'avoir des premières réponses très terre à terre, d'entendre dans leurs bouches des phrases qu'on s'attendrait à entendre dans des bouches d'adultes. On ne veut pas de dictature, on ne veut pas écouter quelqu'un pour qui on n'a pas voté, on veut que les votes soient anonymes...Et puis on ne veut pas d'égoïsme, pas de disputes, pas de lois, pas de votes, qu'on change les lois jusqu'à ce que tout le monde soit content, pas de religion, quand quelqu'un a une petite idée alors il.elle commence à la dire et les autres la complète : ça commence à se délier, ils commencent à vraiment puiser dans leur imagination et leurs espoirs, leurs désirs. Bien sûr ils veulent tous que dans la bande tout le monde soit d'accord et évidemment ils ne sont déjà pas tous d'accord. Comment trouver une forme qui contente tout le monde, ils se demandent entre eux ?

Là entre en scène ce qui deviendra leur problématique principale : le.la chef.fe. Quand ils ont commencé à parler de ça ça ne s'arrête plus. Moi je veux un chef moi non moi je pense qu'il faut voter pour un chef non moi je pense que le chef c'est celui.celle qui gagne au samouraï (sans les influencer on ne peut pas s'empêcher de leur parler de la loi du plus fort et certains trouvent ça super cool) moi je pense que si il y a un chef il y en aura forcément qui ne seront pas contents etc...
La situation se met à déborder un peu alors on recadre en disant ça, on verra plus tard. Réfléchissons à ce qui définit une micro société.

Ils finissent par se mettre d'accord sur des catégories, et que plus tard on fera des expériences pour trouver en quoi consistent ces catégories pour eux, comment ils veulent les définir.

- Une manière de bouger ensemble

- Une politique

- Un drapeau

- Un hymne

- Un langage/une musique de la langue

- Comment parler/où vivre

- Une devise

- Un nom

- Des prénoms de personnages

- Des costumes

A partir de là, les jours suivants, on va tenter de leur faire explorer ces différentes catégories et trouver tout ça ensemble. Ils se sentent plus investis que dans les jeux qu'ils aiment beaucoup mais qui leur font beaucoup nous demander : "Quand est-ce qu'on va faire du théâtre ?". A partir de ce jour on se met à leur demander de répondre à des questions sur le papier de la veille pour le lendemain, de manière anonyme ou non, qui ne seront lues que par nous. On tombe sur des réponses hyper chouettes et on s'aperçoit aussi que les uns devant les autres ils n'osent pas prendre la parole de peur d'être jugés. On découvre des enfants qui jusqu'à présent restaient un peu dans l'ombre des autres, et c'est encourageant.

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé. +