processus du choix de nom

nom commun

Publié par Eugénie Bernachon

Journal du projet

après avoir commencé à appréhender ce que ça peut vouloir dire, avoir une langue commune, on s'est dit qu'il était temps de trouver un nom à la bande d'enfants qu'on essayait de créer ensemble. les enfants le demandaient depuis longtemps, je me posais la question de l'inventer moi de mon côté, j'avais ma petite idée... et puis, ayant remarqué que plus ils étaient inclus dans les éléments de la création plus ils avaient l'imagination ouverte (et c'est bien naturel), je me suis dit que le mieux était d'essayer de le décider avec eux. la question du comment se posait : on parle d'une bande d'enfants facilement dissipés, avec de grandes tensions entre eux, du genre à influencer les choix les uns des autres quand on débattait de quelque chose à l'oral. j'avais bien envie qu'ils inventent leur propre manière de voter dans la bande, et c'est ce que j'avais essayé de faire pendant la séance où on avait défini ce qu'il devait y avoir dans leur micro société - ça n'avait pas abouti à grand chose. c'est le moment où j'ai vraiment commencé à me demander à quel point je devais leur imposer des choses et à quel point je devais les laisser trouver leurs propres chemins. j'ai abordé l'atelier dès le début, avant même de les rencontrer, en me disant que j'allais toujours opter pour la seconde solution dans la mesure du possible, mais le temps commençait à filer sacrément. j'ai donc opté, avec leur accord, pour un vote secret à l'écrit, à la majorité. c'est-à-dire que s'il n'y avait pas de majorité écrasante au premier tour, il y en aurait un deuxième - je précise parce que c'est exactement ce qui a joué des tours dans le procédé.

d'abord, donc, on a laissé chacun donner ses idées, en mettant généralement des vétos sur les noms déjà issus de fictions. on avait prévenu que la maîtresse avait un vote, ainsi que Lucas (le comédien qui m'accompagnait) et moi. ça a fusé : les Lascars, les Loups noirs, les Saiyens (oui je sais issus de fiction, on en a laissé quelques uns passer...), les Yamakasis (quelle surprise de découvrir que leur génération connaissait ça, on a eu Banlieue 13 aussi d'ailleurs !), les Astros-paladins, les Hexakosioihexekontahexaphobiques (à toute fin utile, puisque je ne le savais pas non plus, il s'agit de personnes phobiques du nombre 666), la Horde des oiseaux, etc. j'avais décidé de mettre de côté les guérilleros de la connaissance, qui était le nom que moi j'ai donné à ma bande d'enfants dans ma pièce Timeo. je voulais les laisser se détacher de ma proposition de base. le premier tour a donc lieu, non sans un peu de discipline pour les empêcher de communiquer entre eux, et on se retrouve avec la Horde des oiseaux et les Loups noirs qui ressortent, mais quand même pas mal d'autres votes sur d'autres noms dispersés un peu partout. il y a en effet une voix de plus sur les Loups noirs que sur la Horde, donc ceux qui ont voté les Loups noirs (disons, les enfants "populaires" et grande gueule de la classe) crient victoire. on leur rappelle l'histoire de majorité que j'évoquais à la fin de mon premier paragraphe et là c'est la catastrophe, ça râle ça hurle c'est injuste ça se fait trop pas et ça fait la gueule (il n'y a pas de meilleure manière de décrire la chose) et ça ne veut plus participer puisque c'est comme ça de toute façon je parle plus etc etc.... il aurait fallu beaucoup de sang froid pour gérer la situation, je n'en ai pas eu assez et cette séance, qui était la dernière avant un trou de cinq jours, s'est assez mal terminée. malgré tout le deuxième tour a eu lieu, la Horde des oiseaux a gagné puisque les voix des élèves plus discrets se sont rabattues dessus, ce qui n'a rien arrangé à la chose et m'a rendue heureuse d'avoir imposé le vote anonyme parce que je n'ose pas imaginer les conséquences dans le cas contraire.

peu importe les heurts dans lesquels elle a commencé à se créer, la Horde des oiseaux était née.

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé. +