Adieu merci bonne route

Se dire au-revoir

Publié par Louise Morel

Le vendredi 21 juin, nous avons rangé, nettoyé, remis en ordre tous les endroits où nous étions passés. Puis le midi, nous avons profité d'un repas tous ensemble, agrémenté de rires et de joyeux bavardages.
Mais avant cela, je m'étais rendue en classe afin de distribuer aux enfants les fleurs que j'avais finies la veille au soir. Initialement je voulais les distribuer en conclusion du spectacle, mais je n'avais pas eu le temps de les terminer. Sur la photo du dessous on les voit ouvertes. J'ai ensuite refermé leurs coeurs en les remplissant de petites graines. J'ai laissé mon adresse mail aux enfants en leur disant que s'ils les plantaient et que cela donnait du résultat, ils pourraient m'envoyer des photos.

fleurs en feutrine

Après le repas, avant que tout le monde ne se disperse, nous avons pris une photo de groupe pour l’article que la Dépêche voulait publier sur la prestation donnée par les enfants la veille au soir.

Photo article Dépêche
Photo prise pour l'article de la Dépêche

Sur la fin de la pause du midi et le début de la période de l'après-midi, nous avons échangé des photos et vidéos avec Séverine, dans la limite des capacités de nos appareils, et nous avons également échangé des contacts avec les enfants, reçu pas mal de dessins et de petits mots, dû nous confronter à des tentatives pour nous retenir, et à des câlins qui rendaient le départ encore plus difficile qu'il ne pouvait déjà l'être. C'était une joyeuse pagaille mais après tout... c'était la dernière fois !

L'expérience auprès de ces enfants a été très enrichissante. Travailler à leur contact et profiter de leur manière d'oser (d'oser se travestir avec plaisir, d'oser se rendre laid sans problème, d'oser faire les choses qu'on leur propose dans la plupart des cas), de leur écoute et de leur curiosité, de leur réactivité et des propositions qu'ils ont pu nous apporter a été un véritable bonheur.
Dans cette petite école, avec juste une petite classe, certes les enfants sont loin de tout, mais ils grandissent dans un cadre formidable au contact de la nature, et je ne sais si le contexte y est pour beaucoup mais je les ai souvent sentis bienveillants et solidaires. Alors ce sont des enfants, bien évidemment ils jouent au foot et se crient dessus quand ils se bousculent. Bien évidemment il leur arrive de faire la tête, qu'il y ait des histoires entre copains, entre copines, bien sûr que parfois ils se sentent incompris et crient à l'injustice, voire pleurent. Ce sont des êtres humains qui doivent vivre ensemble.
Mais il le font dans le respect. Ils savent se parler, ils savent s'écouter, et quand on prend le temps, avec eux, d'essayer de comprendre ce qui ne va pas et de résoudre les problèmes, tout va beaucoup plus vite. C'est dans cette ambiance que ces 23 enfants, dans un petit village du Lot, ont passé leurs années d'école primaire, qui sont tellement primordiales dans l'apprentissage de l'autre et de la vie en collectivité.

Pour moi, qui cherche à porter ces valeurs d'écoute, de discussion, de respect de l'autre, de tolérance, c'était un véritable bonheur qu'ils soient si réceptifs et de voir comment déjà entre eux, même s'ils étaient parfois excités, colériques, mauvais joueurs ou capricieux, ils savaient se respecter.

J'ai beaucoup appris de ces quelques mois, j'espère que les enfants se souviendront des petites graines que nous avons cherché à planter ensemble, et qu'ils s'épanouiront tous grandement. C'est d'ailleurs ce que je leur ai écrit dans une lettre que je leur ai adressée la semaine suivante :

"S'il-vous-plaît, n'oubliez pas tout ce que nous nous sommes raconté, et surtout restez tels que je vous ai rencontrés : tous différents, tous singuliers, solidaires les uns envers les autres, tolérants et gentils. Sachez perdre, comme gagner, sachez sourire à tout le monde, n'oubliez pas en grandissant que vous savez faire ça, que le sourire et le rire soignent tout. Et surtout poussez bien !! (pas comme nos capucines, qui ont été un fiasco...) Devenez de belles fleurs, colorées, ouvertes sur les autres et sur le Monde !"

Compte tenu de la situation sanitaire, l’accueil des Ateliers Médicis est fermé. +